Skip to main content

Actualités des associations pour tous les visiteurs


Conférence du 15 novembre 2022: « Ensisheim-Réguisheimerfeld, six millénaires d’occupation »

30 novembre 2022

 

Par:

Muriel Roth-Zehner, responsable d’opérations, Archéologie Alsace

Fanny Chenal, archéo-anthropologue, INRAP

Sylvain Griselin, paléolithicien, INRAP

 

Cette conférence, prévue depuis longtemps, avait dû être reportée à cause de la crise sanitaire.

Elle s’est déroulée dans la salle de la médiathèque d’Ensisheim, mise à disposition de la Société d’Histoire par la municipalité, en présence d’un public venu très nombreux.

Les trois intervenants ont travaillé de 2017 à 2020 dans le cadre de fouilles préventives menées sur le site de la ZAID.

D’une surface de 44 hectares, elle représente la plus grande zone fouillée à ce jour en Alsace, et a permis la mise au jour de nombreux vestiges de différentes époques, du mésolithique

(-8500 ans) pour la plus ancienne, à l’époque mérovingienne (+600 ans), pour la plus récente. Il y aussi des vestiges de la guerre de Trente ans, mais qui, faute de temps, n’ont pu être évoqués au cours de la conférence.

 

La méthodologie

Au départ de la fouille, un archéologue guide la pelle mécanique qui décape minutieusement le terrain par tranche de quelques centimètres, pour découvrir et conserver in situ les traces d’occupation et surtout du mobilier (les objets); l’équipe peut ainsi délimiter les concentrations d’occupation.

A tour de rôle, et s’appuyant sur de nombreuses photographies, les trois conférenciers ont fait part à un public attentif du bilan de ces fouilles. Ils ont expliqué quelles étaient les techniques utilisées pour dater, répertorier , étudier les éléments recueillis. Des vérifications et études sont aussi menées en laboratoire, en complément des constatations faites sur le terrain, comme par exemple l’anthropologie ou l’étude des squelettes.

 

Sur le site fouillé ont été identifiées des traces d’occupation humaines de périodes très différentes. Nous en résumons ici les principales.

 

Du Mésolithique au Néolithique (8000/5000 av. Jésus-Christ.):

la fin d’une ère glacière et les débuts de l’agriculture

 

Selon Mr Griselin, après plusieurs épisodes très froids à l’échelle de l’Europe, le climat se réchauffe progressivement, aboutissant à la période tempérée que nous connaissons encore aujourd’hui. Les glaciers qui recouvraient le nord du continent fondent, le niveau des océans monte, entrainant la formation de la Manche et transformant la Grande Bretagne en une île.

A divers endroits de la planète, les groupes humains ont sans doute subi de grands bouleversements: à l’occasion de la journée « portes ouvertes » sur le site de fouilles en 2018, un archéologue nous avait d’ailleurs expliqué que les changements climatiques accompagnés d’inondations étaient peut-être à l’origine des grands mythes tel le déluge…

 

Sur le site de la ZAID, des phénomènes torrentiels ont vraisemblablement provoqué des dépôts limoneux et argileux, qui, par la suite ont été entaillés par l’Ill, qui à ce moment-là n’était pas encore pas stabilisée. Non loin de ses berges se sont installées des populations, dont les traces ont été figées lors de ces débordements qui les ont recouvertes de sédiments, et qu’il est possible d’identifier aujourd’hui au travers des fouilles.

 

Sur environ 4500 ans, la forêt se referme sur le paysage et la faune a changé avec l’apparition de grands herbivores (aurochs, cerfs…) et les animaux classiques. L’utilisation de l’arc se généralise pour les chasseurs. Cette période était jusque là assez rarement observée en Alsace (un site à Erstein en 1914 avec une tombe et la grotte d’Oberlarg dans le Sundgau, fouillée dans les années 1970).

 

On constate 5 périodes d’occupation

– 8 500/8000 : nombreux silex en forme de flèches, provenant du Jura et des Vosges

– 7 500/7 000 : les territoires de provenance des silex changent, venant du Jura sud ou de la Forêt Noire. Les tailles sont plus précises.

– 6 500/6000 : les silex reviennent à nouveau du Piémont des Vosges, de la Forêt Noire, du Jura. On trouve des foyers, des occupations peu denses, pas mal d’ossements animaliers, la chasse semble extérieure à la zone. Il y a aussi des sépultures, dont le plus ancien habitant d’Ensisheim (6 300/ 6000).

– 6 000/5600 : les traces sont plus dispersées.

– 5 200 / 4800 :  les silex sont très travaillés. Les découvertes sont reliées en deux concentrations, traduisant l’existence d’un campement plutôt important. On est proche du Néolithique. Des relations avec l’Allemagne et l’Autriche via le Neckar et le Rhin sont supposées de par la nature des objets mobilier.

 

Du Néolithique à l’âge du Bronze (-5000 à -2200)

 

D’autres périodes d’occupation se succèdent, d’abord encore avec des traces d’outils (mésolithique tardif, -5000 ans, le « rubané ancien », « rubané récent ») puis les premières nécropoles (« période du Grossgartach », « culture de Roessen » etc..). De nouveaux artefacts sont identifiés, notamment les poteries, qui aident à la compréhension du mode de vie des populations de l’époque, mais certains objets restent énigmatiques, et leur signification ou leurs usages ne pouvant être expliqués.

Les sépultures (soit, selon les époques, des tombes à incinération ou des inhumations ) sont méticuleusement étudiées.

 

Une partie de la conférence a été consacrée à montrer comment ces vestiges étaient fouillés, analysés, datés.

Mme Chenal explique les différentes méthodes permettant l’identification des ossements et squelettes découverts, selon qu’ils soient déposés en pleine terre ou non (modifications importantes de la préservation), selon leurs positions (foetales ou sur le dos), l’études des bassins (homme ou femme) ou des dentitions (jeunes ou adultes).

La conférencières détaille un peu les corps découverts par ailleurs, sur d’autres sites généralement alsaciens, puis revient à ceux découverts à Ensisheim dans les différentes nécropoles.

Elle précise les différents types de mobiliers funéraires découverts (coquillages, herminettes, ossements, bracelets, fibules etc…).

Il semblerait que les inhumations, selon les périodes, soient généralement orientées NE/SO ou O/E.

Puis les modes changent avec l’apparition probable des premiers cercueils, des troncs évidés.

De l’Age du Bronze à l’âge du Fer puis à l’époque romaine (-2500 / +500)

 

Selon Mme Zehner, les fouilles du XIXe siècle avaient déjà livré un tumulus princier de cette période (les objets mobilier sont exposés au musée Unterlinden à Colmar). Ici, l’étude systématique des restes de tumuli de l’âge du Bronze (-2500/-800) ont permis de compléter ces observations anciennes mettant en évidence de nombreux rites funéraires différents (présence d’un ou de plusieurs individus, dépôt d’offrandes, d’objets de type céramiques, bijoux ou armes…).

 

Les deux périodes de l’Age du Fer (Hallstatt puis Tène, appelée aussi époque gauloise, soit -800 / -50) sont bien représentées avec notamment des monuments funéraires carrés contenant une crémation en leur centre.

 

Pour l’époque romaine , on ne trouve pas ici de grandes et riches villas; la population était rurale et disposait de moyens sans doute modestes. Des bâtiments d’habitation ainsi que des greniers y ont été identifiés. Cette population de l’époque romaine parait aussi s’être organisée autour d’une mare, vestige d’un ancien cours d’eau.

 

Mme Zehner détaille ensuite l’organisation des nécropoles.

51 monuments funéraires ont été mis au jour, totalisant un peu plus de 170 sépultures (inhumations et crémations). C’est le plus grand site en Alsace jamais fouillé !

Elle explique le rite des funérailles qui se déroulait en 2 temps :

– On parait d’abord le cadavre avant de l’amener sur le bûcher, suivi vraisemblablement par un banquet ;

– Puis, quelque temps plus tard (des semaines voire une année), le corps était mis en terre. Etait-il alors regroupé avec d’autres corps ? Là on rajoutait des offrandes, et c’est ce qui est retrouvé par les archéologues.

 

A Ensisheim, certaines tombes sont entourées de palissades. On retrouve plusieurs nécropoles:

– Pour les années -1325/-1100, les tombes sont rectangulaires, plutôt riches en offrandes (bracelets torsadés, épingles) ;

– De -1100 à -950, les premiers morts sont enterrés dans des tombes quadrangulaires, avec des vases de stockage, du mobilier métallique. Certains monuments sont uniques en Alsace avec des céramiques, un service à 29 vases, des parures en verre, des perles et même des petites parures en or (1mm). On retrouve des vases ossuaires.

– De -950 à -800, il y a grands monuments dont un à plusieurs tombes.

– De -850 à -660, les tombes sont en très mauvais état. Mais elles ont aussi livré une très belle boucle de ceinture en cuir.

– De -660 à -600, une tombe (la 205) comprend des bracelets typiques du bassin rhénan, mais mal conservée et peu de restes.

 

Mme Zehner précise encore l’habitat mis en évidence à proximité de ces nécropoles, avec notamment des points de passage matérialisant vraisemblablement leurs points d’accès.

Il y a 69 bâtiments découverts à ce jour.

– Des bâtiments posés sur poteaux, jusqu’à 30 mètres de longueur, ainsi que des petits greniers aériens reposant sur une base de 4, 6 ou 9 poteaux.

– Des bâtiments absidiaux, datés de la fin de l’âge du Bronze et début l’âge du Fer. C’est tout à fait exceptionnel en Alsace.

– Une centaine de silos enterrés, servant à stocker les semences.

 

Enfin, Mme Zehner évoque la découverte de quelques objets mystérieux tels que des croissants d’argile ou d’autres à la forme de tuiles faîtières dont la destination reste inconnue.

 

Conclusion

 

Au final, sur ce site, les scientifiques ont pu identifier pas moins de 25 phases différentes, avec chacune ses modes de vie, ses rites funéraires…

Pour chacune des périodes déterminées, A chaque fois, les chercheurs se sont efforcés de répondre aux questions suivantes:

– qui étaient nos ancêtres ,

– quelles étaient leurs caractéristiques morphologiques

– leur espérance de vie

– leur patrimoine génétique

– étaient-ils malades

– comment subissaient-ils les périodes de crise

– de quoi se nourrissaient-ils ?

– quelles pouvaient être les causes de leur décès?

 

Les fouilles ne sont pas terminées et une nouvelle tranche vient de débuter. Bref, il y aura de quoi tenir probablement une seconde conférence.

 

A la fin de la conférence, le public averti et passionné a posé de très nombreuses questions; les trois intervenants ont à chaque fois satisfait sa curiosité.

 

Comme de coutume, la soirée s’est terminée autour d’un rafraichissement offert par la Société d’Histoire.

 


TELETHON 2022 AU DUOPOLE A ENSISHEIM LE 18-19 NOVEMBRE 2022 ET A LA PISCINE

7 novembre 2022

      Départ/Arrivée
AU DUOPOLE
à Ensisheim
~ 3 KM
Samedi 19/11/2022
de 9h00 à 16h00
Parcours marche ou course
autour du Gerteis au départ du
Duopole, complexe multi-sports
Rue du Tir à Ensisheim                             

 


Conférence du 11 octobre 2022 « Vivre à Rouffach en 1616 », par M. Gérard Michel, historien.

17 octobre 2022

Conférence du 11 octobre 2022:

 

« Vivre à Rouffach en 1616, Histoire(s) et vie quotidienne du Rouffach d’Antan, à la veille de la Guerre de Trente Ans »,

par Monsieur Gérard MICHEL, historien.               

                                                     

                                                                 Monsieur Gérard MICHEL

Le Palais de la Régence étant en travaux, c’est dans la salle de la médiathèque mise à disposition par la municipalité d’Ensisheim, que s’est déroulée la conférence donnée par M. Gérard Michel.

C’est un public intéressé , venu en nombre d’Ensisheim, mais également des villages environnants, ainsi que de Rouffach, qui s’est déplacé dans notre commune.

                        

Le conférencier a situé son récit en 1616 car, pour lui, cette date correspond au basculement entre deux époques importantes : le « beau » 16ème siècle (avec l’épanouissement de la littérature, de la peinture, des arts…et une période relativement paisible) et le 17ème siècle, période troublée, notamment par la terrible Guerre de Trente Ans (1618-1648), qui a affecté durablement les provinces de l’Est…

A cette époque, le Saint Empire Germanique est constitué d’une mosaïque d’environ 350 états (terres d’Empire, villes libres, seigneuries, dont de nombreux territoires minuscules disséminés dans toute l’Europe centrale…)

La Haute Alsace était partagée entre l’évêché de Strasbourg, la famille des Habsbourg, celle des Ribeaupierre, les abbés de Murbach, ceux de Munster.

Les villes de Rouffach, Soultz et Eguisheim appartenaient à l’évêque de Strasbourg en tant que seigneur territorial (et réunies au sein d’une entité appelée l’Obermundat).

 

La ville de Rouffach, capitale de l’Obermundat.

  1. Michel a donné les explications suivantes en s’appuyant sur une légende:

Au VIIème siècle, le fils de Dagobert II, roi d’Austrasie, (Sigisbert, qui résidait vraisemblablement au château d’Isenbourg) a été blessé à mort par un sanglier lors d’une partie de chasse survenue à Ebersmunster, et a été ressuscité par Arbogast, évêque de Strasbourg.

En signe de reconnaissance face à ce miracle, Dagobert II a donné l’Obermundat à l’évêque de Strasbourg.

Rouffach est devenue capitale de l’Obermundat et l’est restée jusqu’à la Révolution.

 

La vie à Rouffach au 17ème siècle

 

C’est au travers de l’étude de nombreux comptes rendus anciens transcrits lors des séances hebdomadaires du Magistrat que M. Gérard MICHEL a su nous retranscrire la vie dans la cité de Rouffach dans les premières années du 17ème siècle.

A l’époque, la ville de Rouffach était entourée de fortifications, ainsi que de tours. On estime que le mur d’enceinte faisait 2151,80 mètres de longueur.

La population (non compris les vagabonds et indésirables) était estimée à environ 1800 personnes.

 

Le cours d’eau OHMBACH      

L’Ohmbach, ruisseau qui prend sa source sur les hauteurs de Soulzmatt et qui traversait Rouffach, a joué un rôle important dans la cité. Il a permis l’implantation de nombreuses activités.

Non seulement il alimentait moulins, tanneries, abattoirs, boucheries,… mais deux étuves (bains publics) étaient aussi installées sur son cours… A l’époque, où il n’y avait ni égout, ni collecteur, le cours d’eau jouait également un rôle dans l’assainissement, et nous pouvons imaginer les problèmes liés à l’hygiène…

De nombreux conflits découlaient de l’utilisation de l’eau, et des différents usages qui en étaient faits.

L’étude des incidents consignés a permis de savoir quelles étaient les activités, et de connaitre les suites données aux litiges …

 

Le Magistrat et le conseil municipal de l’époque

La ville était administrée par un conseil composé de 15 élus (dont certains de manière permanente), avec à sa tête le « Magistrat ».

Ensemble, ils géraient le quotidien des habitants, et veillaient aux règlements qui régissaient les activités.

Ils veillaient au bon emploi des finances, et avaient en charge la Justice de la ville.

5 postes étaient particulièrement importants et avaient un rapport avec les revenus financiers de la cité:

Gewerfer: receveur de la Taille

Umgelter :receveur de l’impôt indirect (vins)

Kirchenpfleger : donations aux églises

Spitalpfleger: gestion de la santé

Gutleuthpfleger: gestion de la léproserie  (« les bonnes gens »)

 

  1. Michel a précisé que les conseillers, à cette époque étaient issus de familles très fidèles au Magistrat, et que certains d’entre eux disaient ne savoir ni lire ni écrire, sans doute pour ne pas être tenus responsables d’erreurs dans leur gestion, en particulier dans le cas des sentences judiciaires (liée ici à leur « méconnaissance du droit »).

Durant son exposé, M. Michel a relaté de nombreuses anecdotes liées à la vie quotidienne des habitants; il a entre autre, évoqué l’obligation pour les habitants d’entretenir correctement leurs cheminées sous peine d’amendes, ainsi que les « Schlupf » (le passage étroit entre deux maisons), précisant que ces « Schlupf » servaient également de collecteurs pour certaines ordures que les cochons se chargeaient de nettoyer…

 

Le conférencier a également évoqué la façon dont était rendue la justice, et les sanctions qui pouvaient en découler :

– Les offenses et délits étaient sanctionnés parfois par une amende variable, d’autres fois par une humiliation publique (port d’un carcan dans les rues de la ville, exposition à la vie de tous…)

– Le bannissement était parfois prononcé pour certaines personnes, une sanction leur interdisant de revenir sur le territoire de la ville. Cette mesure peut aujourd’hui semble anodine mais équivalait alors à une mort civile: les bannis n’avaient plus de droits et quiconque pouvait les maltraiter voire les tuer sans risques judiciaires.

– Les crimes étaient sévèrement punis ( prison, châtiments corporels , voire exécution); mais les sentences de mort étaient toutefois bien moins nombreuses qu’on ne se l’imagine aujourd’hui. Le tribunal s’appuyait en effet sur des textes juridiques précis et rigoureux, mis en place par l’empereur Charles Quint vers 1550..

 

Comme dans de nombreuses autres cités, Il existait un gibet à Rouffach, où les suppliciés étaient exposés, situé non loin du château de l’Isenbourg; seules les sorcières étaient exécutées dans un lieu à part, hors la ville. Il y avait de même un bourreau, chargé des exécutions de divers types (décapitation, noyade, mise au bûcher, enfouissement, écartèlement…).

Les jour fériés, « Tanzen und Springen »

A l’époque, les jours de fêtes étaient nombreux et chômés, avec interdiction d’effectuer certaines tâches,  soit environ 1/3 des journées de l’année . Les habitants de la cité se devaient, en outre, d’assister aux processions et aux offices religieux avec leur famille et leurs personnels sous peine d’amendes.

Les jours de fête étaient l’occasion de réjouissances diverses, pour la population, mais toujours encadrées par des règlements.

La population aimait se divertir au travers de jeux de dés, de quilles, des jeux de force, de lancer de poids…

  1. Michel a évoqué un exercice très prisé par la population : le tir.

Cette activité attirait de nombreux amateurs qui n’hésitaient pas à venir depuis les villages environnants, et parfois de villes plus lointaines. Les pièces d’armement étaient essentiellement des mousquets ou des arquebuses, l’activité se pratiquait dans le fossé de la ville. Les vainqueurs étaient parfois récompensés par un prix qui était quelquefois un boeuf qu’ils emportaient alors dans leur village.

La ville de Rouffach ne manquait ni d’auberges, ni de cabarets; on y buvait, on y jouait, et, bien sûr, des abus y étaient parfois constatés, comme des bagarres, ou des faits de prostitution .

Ces faits étaient souvent sanctionnés.

 

Conclusion

  1. Michel, au travers de ses recherches, nous a fait revivre le quotidien des hommes dans leurs activités, à Rouffach, au début du 17ème siècle.

Si certains éléments nous apparaissent bien lointains, le mode de vie et les préoccupations des bourgeois de Rouffach ont de grandes similitudes avec les nôtres.

Une grande partie des fortifications a été détruite en 1803, mais il reste encore de nos jours de nombreux vestiges du Rouffach d’antan.

Il est à préciser que les recherches de M. Michel sont consultables sur le site internet qu’il a créé:

obermundat.org

 

 

 


Marche Populaire 2022

15 octobre 2022

Article paru dans les DNA. Rédaction Martine PELLET

Samedi 8 octobre, la Musique Municipale d’Ensisheim,
chère président Alexandre Lemonnier et à son épouse Sylvère, directrice de l’école de musique,
a organisé sa traditionnelle marche de nuit, avec l’aide d’une vingtaine de bénévoles, parents d’élèves et membres de la chorale.

Les inscriptions ont démarré doucement en début d’après-midi avec 41 marcheurs vers 14 h 30, pour finir sur un score honorable de 281 promeneurs, nombre de familles et marcheurs préférant partir après 17 h.

 

 

 

 

 

Tous, venus des environs mais aussi de Colmar, Mulhouse, Belfort ou de l’Allemagne, ont apprécié les deux parcours de 11 ou 5,7 km au choix, avec halte sucrée gratuite près des vergers, puis soupe aux lentilles au second arrêt. Au retour au foyer Saint-Martin, enfants et adultes ont pu se régaler de soupe, tartes flambées et pâtisseries maison préparées par les parents et membres de la musique.

 

 

 

 

Malgré une petite déception sur le chiffre des inscrits, en baisse par rapport à l’an passé, mais comparable à la baisse de 30% constaté un peu partout pour ce type de manifestation cette année, les organisateurs se sont montrés satisfaits des appréciations  des marcheurs, ravis de l’excellente ambiance tout au long de la journée ainsi que du temps vraiment idéal pour ce début d’automne.

 

 

 

 

Au final une belle journée au grand air entre champs et forêts, avec récompenses le soir pour les 8 membres des familles «Les Boulets» et «Laurent» et le groupe des 6 «Trappeurs» d’Illzach, tous devancés par les 19 sportifs de la Gymnastique Volontaire d’Ensisheim.

Un grand bravo à tous et

rendez-vous à l’automne 2023.

DNA. Martine Pellet.

 


“ENSISHEIM METEORITE SHOW 2022”

29 juin 2022

GENERAL INFORMATION

Show dates & brief schedule

After the cancellation of the show in 2020 and 2021 for Covid-19 pandemic problems, we have recently decided that the 21st edition of “Ensisheim-Meteorite” show can be again held in the “Palais de la Régence” which remains the forever show magical place. Tables re-arrangements have been planned in the old Regency building and within the annexed tent, in accordance with the law on security distancing requirements.

As already announced on small leaflets distributed at the Munich Mineral Show last October, our Meteorite show will be held as usually, the week preceding the Ste-Marie-aux-Mines “Mineral & Gem” show:

* Friday June 17: 10:00–18:00: professional day (for dealers only, public not allowed).

* Friday 18:00 : official opening of the show in front of the Regency building, followed by a short optional visit of the thematic exhibition (and the genuine Ensisheim meteorite !) in the Regency museum. The end of these visits is scheduled at 18:30 sharp.

* Friday18:30: Official show pre-opening (for dealers, friends & invited guests): welcome words, induction ceremonies, and the traditional friendly drink.

* Friday 20:00 : traditional DINNER PARTY in the big tent set on the square (see below).

Show opening to the public:

* Saturday June 18: 9:30–18:30 (dealer’s access possible from 8:30)

* Sunday June 19: 9:30–16:30

Location: Regency Palace & attached tent, city main square (in front of the church)

Entrance fee
* Saturday + Sunday: 5 €
* Saturday only:  5 €
* Sunday only:  3 €
* Children under 12: free

* To avoid fraud, tickets with stamp will be distributed at the entrance

The showrooms

81 dealer tables will be installed in different Regency palace rooms and in a medium sized tent (10.5 x 7 m) connected to the main entrance of the building. The entrance to the Palace is now such that the public must first enter the main tent door and inevitably visit all the tables of the tent before entering the building. Oppositely to the 2019 show, it is not anymore possible to reach directly the Regency buildings.

The “Tent” contains 27 tables, including the 3 consignment tables (see below) that are on the right side of the tent entrance.

The “Pas Perdus” hall (first floor entrance) involves again 5 dealer tables

The “Spiess” space is again fully open and can accommodate 8 dealer tables

The “Egloff” hall now allows placing 10 tables.

The “Regency Room” was not affected by the recent works. It still contains the usual 35 tables.

Travel tips

Maps and travel itineraries could be found soon on the website of the city of Ensisheim:

www.ville-ensisheim.fr.

Nearby hotels are: « La Couronne » (reopened after a substantial restoration) « Domaine du Moulin« , « Logis de l’Ecomusée« , « Niemerich » and « Cheval Blanc » hotels. More information on their location and their characteristics (phone, fax, e-mail, websites) will be given on the official show flyer which will be finalized soon. You could also find it on the city’s website or ask me to send it to you by e-mail.

IMPORTANT: everyone must organize his own accommodation! If you call, they all also speak English and German.

SPECIFIC MESSSAGE FOR DEALERS

Table attribution

The present configuration of the space currently available (buildings + tent) forces us again to assign the tables according to the seniority rule.

The « old exhibitors » (those who have reserved tables for a long time), will have the priority to have their usual tables in the Regency room (or elsewhere if preferred) so as in 2019. I will try to arrange their table(s) the best I can, respecting as much as possible the old layout and their wishes regarding the presence of their usual neighbors.

The « new exhibitors » (those who have rented tables recently and all the newcomers) will receive their tables in the adjacent tent, following the « first come, first served » rule.

Those of you who booked tables in 2019, please inform me quickly whether (or not) you wish to confirm your renting tables this year.

If yes, specify how many tables you want to rent.

I insist that if you cannot come this year, you notify me that you want to cancel. This is very important and absolutely necessary so that I can immediately assign tables to those who are on the waiting list.

 

Table specification:

All tables (in the building and in the tent) are considered almost equivalent in size (24 tables are 182 x 75 cm and 61 tables are 160 x 80 cm) and in price (single price of 200 euros per table – and not per meter), regardless of the number of tables rented, meaning that there is no more digressive price for those who rent more than one table.

The Palace and the tent rooms are well lit. It’s up to you to decide if your tables need extra lighting. Please note that only LED bulbs are acceptable, with a maximum power of 100 watt per table. Other bulbs are now prohibited.

Tables must be paid preferably in cash (in euros), at the reception desk. French checks are tolerated but not credit cards !
When you pay, you will receive your personalized badges. You are allowed to enter only if you wear your badge.

The reservation of the tables can start from now (March 15).

To register, send me an e-mail:  

zelimir.gabelica@uha.fr

If you have contacted me before March this year or by end of 2021, it is safer to apply again (just send me a short reminder).

You can also reach me at my new E-mail address:

zelimir.gabelica@gmail.com

Please specify the following data:

First name, last name and the country of origin of the main dealer (you) and the same for all your assistants. This is necessary so that we can prepare the corresponding badges.

Nobody can enter showrooms without badges outside opening hours. All dealers and their assistants must wear permanently their personal badge during their stay in the showrooms.

The rules for assistants are the following:

1 reserved table = one dealer and max. 1 assistant, hence 1 or 2 badges awarded;

2 tables, also one dealer and max. 1 assistant, hence 1 or 2 badges awarded;

3 tables, one dealer and max. 2 assistants, so up to 3 badges awarded;

More than 3 tables, still up to 3 badges are awarded; no additional badge is awarded for more than 3 persons per stand composed of 4 tables or more. These people will be considered as the public and will have to pay the entrance accordingly.

Persons without badge are not considered resellers, cannot occupy tables and are not allowed to enter the showrooms on Friday (professional day) nor outside public opening hours on Friday & Sunday.

Selling meteorites elsewhere in buildings or outside (on the main square) is not allowed.

Material to offer for sale

Our show is exclusively dedicated to extraterrestrial material (meteorites, tektites, impactites and related literature). In other words, any other geological material of terrestrial origin, namely minerals, gems, fossils, pearls….is strongly prohibited to display or to offer for sale.

Consignment tables”

« Consignment tables « : = space where organizers and guests coming from “far away” can offer for sale their « extraterrestrials » at a friendly price.

These 3 additional tables are now located at the entrance of the tent room.

Those who are interested in reserving a small space on these consignment tables (this is free of charge), please contact me and, if possible, specify approximately the amount of space desired. Currently 10 to 20 samples (still flexible number) are allowed to offer for sale.

OTHER INFORMATION

More information about the Friday show opening program, the Friday Dinner Party, catering possibilities on Saturday and Sunday, show theme (probably “Meteorite hunting by drone”), lectures, travelling tips…will be decided soon and specified on the show flyer available on the show web site or on social networks. You could also receive the flyer by e-mail.

Thematic exhibition:

Following a major request, we decided to propose again an exhibition theme that proved very popular in Ensisheim in 2015: a display of the best meteorite samples that reside in private collections.

Everybody is invited to bring along between one and five of your meteorites that you enjoy the most, for their beauty (intrinsic or subjective), rarity or general (scientific, historical, anecdotal…) interest.

The owners will have to justify their selection by summarizing (on the label) the criteria of their choice. And the public will vote to award a prize (3, 2 and 1 bottle of the best vintage of a Pinot Gris wine selection) to the 3 most appreciated meteorites.

This exhibition will certainly be of scientific and artistic interest, but also a funny game in which everyone participates and wins, if not the first prize, at least the pride of having been able to educate or simply bewitch the public, by releasing, perhaps for the first time, his jealously preserved treasures.

—————–

Warmly welcoming everyone to attend this special 21st edition of our Meteorite Show, I am now looking forward to hearing from you and staying at your disposal to provide you with any additional information.

Thank you for your interest,

My always friendly wishes to everyone,

Zelimir


Conférence du mardi 5 avril 2022, par M. Denis ELBEL, vice président de l’Association pour la Sauvegarde de la Maison Alsacienne

21 avril 2022

Conférence ASMA du mardi 5 avril 2022

La Société d’histoire d’Ensisheim remercie la municipalité d’Ensisheim d’avoir mis à disposition la salle du Palais de la Régence pour son Assemblée Générale.

Selon une tradition bien établie, l’AG a été suivie d’un conférence, à laquelle ont assisté une cinquantaine de personnes. C’était aussi notre première conférence de l’année, les précédentes ayant été annulées pour cause de Covid.

Elle a été consacrée à L’Association pour la Sauvegarde de la Maison Alsacienne (ASMA) et présentée par son vice-président Denis ELBEL.

 

Créée en 1972, l’ASMA fête cette année ses 50 années d’existence.

Son objectif est : »Apprendre, comprendre et défendre la Maison Alsacienne, aujourd’hui et demain ».

Tout au long de la soirée, Denis ELBEL a transmis à un public attentif sa passion pour la préservation de la maison alsacienne, et a détaillé le combat que mène son association au quotidien afin d’éviter qu’une partie du patrimoine de notre région ne disparaisse à jamais dans l’indifférence générale.

M. Denis ELBEL, Vice Président de l’ASMA

 

 

1.- Le volet pédagogique

Au travers de Stammtisch organisés régulièrement et ouverts à tous, sont présentés les projets pour la restauration du bâti ancien des participants, donnés des conseils et proposées des solutions concrètes.

L’ASMA s’appuie sur des personnes ayant des compétences dans des domaines très divers (maçons, charpentiers, couvreurs, ferronniers, plâtriers, architectes, maitres d’œuvre,…), car la restauration et la préservation des bâtiments anciens obéissent à des règles strictes, des erreurs trop souvent commises dans le passé étant à éviter.

L’ASMA organise des stages de formation aux différentes techniques de restauration

 

 

L’isolation des bâtiments est d’une très grande importance, et l’utilisation de matériaux inappropriés (et parfois onéreux) peut entrainer des dégâts particulièrement destructeurs. L’isolation par l’extérieur avec des plaques de polystyrène (ou tout autre matériau de ce type) est à proscrire pour le bâti ancien. En effet, la vapeur d’eau générée à l’intérieur de l’habitation, en particulier au droit de la cuisine et de la salle de bains, ne pourra plus s’évacuer au travers des murs. La conséquence pour une maison à colombages est dramatique : les pans de bois vont pourrir, et même du chêne de plus de 300 ans va assez rapidement se transformer en bois vermoulu !

La solution idéale a été mise au point en Bretagne depuis une vingtaine d’années par l’Association ‘’Construire en chanvre’’: c’est la projection par l’intérieur d’un mélange de chaux et de chanvre, qui permet d’isoler parfaitement, souvent à moindre coût, et permet au bâtiment d’évacuer l’humidité. Cette technique permet d’obtenir de la perspirance. Ce matériau est appelé quelquefois ‘’béton de chanvre’’, puisque le terme ‘’béton’’ désigne au départ un matériau constitué d’un mélange d’agrégats (ici la paille de chanvre hachée) et d’un liant (ici de la chaux). Il faut éviter  l’utilisation du ciment qui rendrait le mélange étanche et non perspirant.

Le problème est analogue pour tous les enduits, que ce soit en intérieur ou en extérieur : là aussi, il faut proscrire le ciment. Nos ancêtres n’utilisaient qu’un mélange de sable et de chaux, ce qui a assuré la pérennité de leurs maisons.

Le ciment reste par contre une excellente solution pour le renforcement de fondations ou des reprises en sous-œuvre, et tout particulièrement en terrain humide.

Le ‘’chaux-chanvre’’ peut également être utilisé dans le comblement des espaces entre les colombages, qu’on appelle les « miroirs », ce qui améliore encore l’isolation.

L’ASMA organise aussi régulièrement des stages de formation pour les personnes désireuses d’acquérir un savoir faire, entre autres la technique du torchis avec son armature en bois (les palançons) destinée à accrocher l’argile. Ces personnes pourront ainsi réaliser elles-mêmes à moindre coût les travaux dont elles ont besoin, puisque c’est la main d’œuvre qui est onéreuse et non les matériaux mis en œuvre.

Denis ELBEL a expliqué que l’ASMA informait aussi les particuliers sur les démarches administratives, les différentes aides possibles, dont les réductions d’impôts au travers, par exemple, du ‘’Label Fondation du Patrimoine’’.

Avec le chantier de sa propre maison érigée en 1717, il a également pu démontrer qu’un bâtiment à colombages pouvait obtenir le label « BBC – Bâtiment Basse Consommation ». Son expérience a été présentée au colloque de création du CREBA à Bordeaux en novembre 2018. Le CREBA ou ‘’Centre de Ressources pour la Réhabilitation Responsable du Bâti Ancien’’, est une plateforme en ligne pilotée par l’Etat pour diffuser les bonnes pratiques dans ce domaine, en tenant compte des enjeux non seulement patrimoniaux, mais également énergétiques, via des retours d’expérience sur des opérations exemplaires.

M. Denis ELBEL et M. Jean Jacques SCHWIEN, Président de la Société d’Histoire d’Ensisheim

 

 

2.- Le volet défensif

Tous les moyens sont mis en œuvre par l’ASMA pour tenter de sauver un bâtiment ancien de la démolition.

Les maires sont systématiquement contactés en priorité ; ils n’ont pas toujours l’information qui leur permettrait de s’opposer aux permis de démolir sollicités par les citoyens de leur commune, mais certains maires ne sont tout simplement pas sensibles à la notion de patrimoine à préserver.

Au delà des élus, la pédagogie est menée à différents niveaux, notamment auprès des lycéens, par exemple une conférence donnée devant les élèves du Lycée agricole d’Obernai.

L’ASMA n’hésite pas à faire parler d’elle lorsque le combat s’avère difficile ; les médias vont alors être sollicités pour relayer les arguments en faveur de la préservation. Toutes les énergies sont utilisées afin de sensibiliser le maximum de personnes à la conservation du patrimoine. Ainsi, le journaliste Jean-Pierre PERNAUT et l’animateur Stéphane BERN ont, à de multiples occasions, soutenu le travail – disons plutôt le combat – de l’ASMA.

L’ASMA intervient dès qu’elle est informée qu’un projet de démolition concernant un bâtiment ancien est engagé; ce sont souvent ses propres adhérents qui assurent ce rôle de ‘’sentinelles’’.

L’ASMA a de nombreux succès à son actif. Mais des exemples navrants de disparition définitive de l’habitat ancien sont à déplorer dans plusieurs communes (Brunstatt, Geudertheim, Vœgtlinshoffen, Spechbach-le-Bas…). Mais pour ce dernier cas, qui remonte à juillet 2021, un recours au Tribunal administratif est toujours en cours d’instruction pour faire condamner le maire : il a cumulé les irrégularités en faisant démolir une maison à colombages du 17ème siècle, propriété de la commune, située juste à côté de l’église, en ne respectant ni les délais légaux du permis, ni la protection de cette maison au titre du Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune !

exemple d’un bâtiment détruit

 

 

Les perspectives d’avenir

Malgré ces échecs, Denis ELBEL reste confiant en l’avenir.

De plus en plus de personnes sont sensibilisées à l’idée de devoir préserver le patrimoine ancien, et le nombre de membres de l’ASMA augmente au fil des années ; le cap des 1000 adhérents sera en effet très probablement franchi au cours de cette année du cinquantenaire.

Des projets de sauvegarde, de transformation ou de modification de bâtiments anciens dans le souci de leur mise en valeur ont pu être élaboré.

Denis ELBEL cite le cas de Mommenheim, où le projet d’extension d’une boulangerie a pu se faire en démontant la maison à pans de bois, remontée sur le même site douze mètres plus loin, tout en adaptant la parcelle aux besoins de l’outil de travail du boulanger. Il rappelle à cette occasion que sous l’Ancien Régime, les notaires considéraient les maisons à colombages comme des biens meubles, et non pas des immeubles.

Dans la commune de Lembach, où l’ancien maire Charles SCHLOSSER avait très tôt pris conscience de la valeur du bâti ancien, non seulement le bâti a pu être préservé (13 maisons sauvegardées en 20 ans) mais il s’est dégagé une véritable plus-value pour la commune, dans le sens où elle attire désormais dans ses gîtes « typiques » alsaciens une clientèle de tourisme sensible à ce type d’habitat.

Cette démarche a pu être mise en pratique à l’échelle de la Communauté de Communes du Kochersberg, à l’occasion de la mise en place de son PLUi ; 1500 bâtiments anciens, aussi bien à colombages qu’en pierre, sont désormais protégés dans ses 33 villages. La Communauté de Communes du Sundgau, forte de plus de 70 villages, s’est déclarée prête à suivre cet exemple, qui constitue effectivement une véritable solution d’avenir pour la sauvegarde de nos maisons anciennes, qui marquent l’originalité de l’Alsace.

Il est à noter également que le président de la Collectivité Européenne d’Alsace, Frédéric  BIERRY,  a exprimé fin novembre 2021 son soutien à l’ASMA, qu’il a concrétisé au travers d’un partenariat pour le projet d’édition d’un recueil des ‘’bonnes pratiques’’ , allant même jusqu’à faire adhérer la CeA à l’association !

Une référente a de même été nommée : il s’agit de la Conseillère d’Alsace et Sénatrice Sabine DREXLER  de Durmenach. Son rôle est centraliser les questions posées en termes de conservation de la maison alsacienne et d’aider à trouver les solutions en cas de besoin.

Ces éléments portent à croire qu’une collaboration constructive sera possible dans l’intérêt d’une plus grande préservation du patrimoine alsacien.

 

PS : Pour soutenir l’ASMA, vous pouvez adhérer pour la modique somme de 30€, qui, notre association étant reconnue d’utilité publique, représentera au final un ‘’reste à charge’’ de 10€ seulement par l’établissement d’un reçu fiscal. Notre adresse : www.asma.fr

 


conférence du mardi 12 octobre 2021: « Deux siècles d’industrialisation et de désindustrialisation en Alsace » par M. Nicolas Stoskopf

25 octobre 2021

 

Après plusieurs mois d’interruption causée par la crise sanitaire, le cycle des conférences proposées par la Société d’histoire d’Ensisheim a pu reprendre.
A la suite de l’ AG du 12 octobre 2021, nous avons ainsi pu accueillir M. STOSKOPF, professeur émérite à l’Université de Mulhouse, et spécialiste de l’histoire de l’industrie, sur le thème « Deux siècles et demi d’industrialisation et de désindustrialisation en Alsace».

Nous remercions la ville d’Ensisheim d’avoir mis à disposition la salle de la Régence et avons eu le plaisir d’accueillir une trentaine de personnes munies de leur passe sanitaire.

M. Stoskopf commence par expliquer qu’il n’y a pas l’industrialisation d’abord et la désindustrialisation ensuite, mais que les deux mouvements sont étroitement liés : quand la filature se mécanise au début du XIXe siècle, des milliers d’emploi de fileuses à domicile sont détruits…Ce qui compte pour un territoire, c’est le solde entre les deux mouvements. A l’échelle de la France, le tournant majeur se produit en 1974. En Alsace, il faut aussi se poser la question de l’impact des guerres et des changements de nationalité.

Il appuie sa démonstration sur des cartes réalisées pour l’Atlas historique d’Alsace, accessible en ligne ( http://www.atlas.historique.alsace.uha.fr/fr/ ) et en version papier publiée en 2019 (sous la direction d’Odile Kammerer).
Deux modèles principaux d’industrialisation caractérisent l’Alsace : dans les trois villes réformées, Mulhouse, Sainte-Marie-aux-Mines et Bischwiller (Bas-Rhin), un mouvement collectif mobilise les entrepreneurs pour produire un produit nouveau demandé par le marché : ainsi à Mulhouse, la fabrication des indiennes (toiles imprimées) à partir de 1746 déclenche une véritable révolution industrielle (filature, tissage, impression, chimie, constructions mécaniques) qui se répand dans les vallées vosgiennes et jusqu’à Colmar.

Au contraire, dans le Bas-Rhin, c’est un mouvement lent (et peu visible…) d’accumulation d’activités traditionnelles et artisanales mises en œuvre par une population essentiellement rurale, dispersée, mais également en surnombre et intéressée par des activités pouvant lui procurer un complément de ressources. Aux moulins, brasseries, tanneries, tuileries, poteries, etc… (souvent dirigés par des petits patrons protestants luthériens) s’ajoute le travail à domicile (tressage de chapeaux de paille en Alsace bossue, chaussons à Wasselonne, bonneterie à Barr, etc…). Finalement, ces activités font vivre autant de monde que la grande industrie haut-rhinoise vers 1870.
Ainsi les deux départements présentent des physionomies différentes :
les brasseries se trouvent surtout dans le Bas-Rhin, alors que le textile est concentré dans le Haut-Rhin.

Les guerres ont des répercussions sur la production industrielle.
L’annexion en 1870 a eu, dans un premier temps des conséquences négatives, car certaines productions (indiennes) étaient destinées au marché français .
Certains industriels ont quitté l’ Alsace pour s’installer ailleurs (et parfois avec leurs ouvriers comme c’est le cas pour une entreprise de Bischwiller partie avec les ouvriers s’installer à Elbeuf , dans la région de Rouen !) . Des investissements sont alors effectués dans les Vosges ou dans le Territoire de Belfort… Mais des investisseurs allemands apparaissent, intéressés d’abord par le secteur pétrolier (Pechelbronn). Strasbourg et sa banlieue connaissent une grande expansion: agro-alimentaire, industries d’équipement, entrepôts de charbon…Certaines entreprises deviennent des géants comme la SACM à Mulhouse.

La guerre de 14-18 est très difficile pour l’industrie alsacienne (proximité du front, manque de matières premières, méfiance des Allemands).
En 1918, les industriels allemands sont expulsés après le retour de l’Alsace à la France. Suit une période compliquée entre les deux guerres mondiales : certaines branches s’en sortent bien (brasseries, métallurgie), mais le textile doit trouver des débouchés sur les bouchés coloniaux.

Les « 30 glorieuses » (1945-1973) seront en Alsace synonyme de déclin pour de nombreuses entreprises et de mutations industrielles pour d’autres : la crise du textile entraine la fermeture définitive de nombreuses usines parvenues à bout de souffle et qui appartiennent désormais au passé.

Mais des industries nouvelles apparaissent notamment sur les bords du Rhin : à Chalampé, Ottmarsheim, Fessenheim, Strasbourg…

On rêve d’implantation massive d’industries lourdes pouvant faire de l’Alsace « un nouveau Texas ».
Des société étrangères s’intéressent à l’Alsace et des nouveaux noms apparaissent : TIMKEN, GENERAL MOTORS, MARS, LIEBHERR…
Pendant qu’on détruit l’ancienne industrie, une nouvelle se met progressivement en place, et globalement, la création d’emplois industriels reste positive.
Pourtant des signes inquiétants apparaissent : les mines de potasse, dont la production était destinée au secteur agricole, disparaissent en 1998, la SACM (10 000 emplois en 1955) est démantelée en 1965, des grands fleurons comme DMC ne sont plus sous contrôle alsacien, la famille HATT cède Kronenbourg…
A partir de 1974, malgré une vague de désindustrialisation, le chômage en Alsace n’est pas aussi élevé qu’ailleurs, du fait de l’embauche de nombreux Alsaciens en Suisse ou en Allemagne.
D’autre part on assiste à cette époque à un nouveau flux d’investissements étrangers : des Américains, des Suisses, des Allemands ainsi que des Japonais (notamment dans le vignoble) s’installent à leur tour pour développer leurs entreprises.
Cependant depuis 2002, on ne peut que constater une baisse continue de l’emploi industriel, malgré pourtant, la bonne implantation de nombreuses entreprises..
Le capitalisme « dynastique » a désormais fait place à un capitalisme « viager » :
entre 2002 et 2010, l’Alsace aura perdu près de 40 000 emplois industriels; son réseau d’entreprises moyennes et familiales a tendance à disparaître, ainsi que la transmission inter générationnelle.

L’Alsace reste une région industrielle importante, mais son taux de chômage a augmenté et nous devons constater un décalage d’avec le modèle rhénan que peut représenter le Bade -Wurtemberg par exemple.
Malgré ses atouts et son attractivité (diversité du tissus industriel et ses activités, importance des PME et artisanat, qualité de la main-d’œuvre) le solde d’activité apparait aujourd’hui négatif, et l’investissement étranger ne suffit plus à assurer le renouvellement du tissu industriel.

 


CENTRE AERE ETE 2021

8 juin 2021

C’est parti pour une nouvelle saison, sur le thème de l’Art en général. Un beau programme concocté par nos équipes, avec quelques surprises qui seront réservées selon l’évolution des protocoles sanitaires.

Programmes disponibles en mairie. ou sur simple demande par mail à animete_ensisheim@orange.fr

RDV le samedi 12 et le samedi 26 juin de 10h à 12h pour les inscriptions !!


R5 – Les fadas de la pétanque – 4 juillet 2021

8 juin 2021

Tournoi de pétanque au rubgy club le 4 juillet 2021 ! Les membres de la section rubgy à 5 se retrouvent pour la fin de la saison. Démarrage dès 10h

Participation sur réservation uniquement !

Repas de midi possible : 10 € par adulte, 5 € par enfant (tartes flambées à volonté, boisson, café et dessert inclus)


Fête de fin de saison au Rugby Club Ensisheim

8 juin 2021

Après une saison mouvementé en raison de la crise sanitaire, le rugby club souhaite tout de même finir l’année en beauté !

Il y a eu peu de tournois cette année, qu’à cela ne tienne, le tournoi parents / enfants est LE tournoi à ne pas manquer !

A vos agendas pour cette après-midi et soirée festive du 3 juillet 2021. Rendez-vous dès 14h !

N’oubliez pas de réserver votre repas du soir par téléphone 06 06 56 71 24 ou par mail au rugbyclubensisheim@gmail.com

Paella (boisson, dessert et café inclus) : 15 € par adulte, 10 € par enfant


Tournoi de rugby à 5 Ensisheim 20 juin

8 juin 2021
Tournoi de rugby à toucher R5 organisé par le Rugby Club Ensisheim le dimanche 20 juin de 9h à 16h au stade Foch
Si vous avez envie de découvrir cette discipline, n’hésitez pas à venir tester le rugby à 5 en famille ou entre copains à cette occasion.
Public:
Jeunes dès 16 et adultes jusqu’à 99 ans, homme ou femme
Equipes de 10 joueurs maximum
Inscriptions jusqu’au 13 juin par mail : rugbyclubensisheim@gmail.com
ou via la page Facebook du Club « Rugby Club Ensisheim » – message sur messenger.
20€ de frais d’inscription par équipe (1 boisson par personne inclue)
Tournoi limité à 10 équipes maximum
Repas de midi possible sur place : barbecue

Reprise des entrainements avec protocole sanitaire renforcé

12 janvier 2021

Nos rugbymen attendaient cette nouvelle depuis un moment maintenant ! La voilà ! Les entrainements reprennent au RCE !

Au vu des conditions imposées par le protocole sanitaire renforcé de la fédération française de rugby, quelques aménagements s’imposent.

L’entraînement des babys aura lieu les samedis matins de 11:00 à 11:45, à compter de samedi 16 janvier et jusqu’à nouvel ordre.
Seuls les enfants inscrits sur TeamPulse, avant vendredi soir, seront acceptés sur le terrain. Le port du masque est obligatoire pour les parents désireux de rester le temps de l’entraînement. Ceux-ci devront bien entendu respecter les distances de sécurité.

Pour les catégories U6, U8, les entraînements reprennent le samedi 16 janvier de 14h à 14h45 au stade avec les U10.

Les U12 et U14, s’entrainent dorénavant au terrain du Collège le samedi de 14h à 14h45 jusqu’à nouvel ordre.

Pour rappel, les jeunes sont déposés devant le portail (ou le stade) et récupérés à la fin de l’entrainement. Le port du masque est obligatoire jusqu’au terrain. Pas d’accès au clubhouse, ni au vestiaire, que ce soit pour les joueurs ou les familles. Les distances barrières sont privilégiées autant que possible !

Dernière grande nouvelle, le R5 reprendra aussi samedi 16/01
Notez bien les horaires 15h30 à 16h30.

Suite au couvre-feu de 18h, plus aucun entraînement n’aura lieu le mercredi soir et vendredi soir.

Au plaisir de vous retrouver sur le terrain les samedis !


FEERIES VIRTUELLES D’ENSISHEIM

2 décembre 2020

Cette année n’est pas une année comme les autres…. Pas de marché de Noël, pas de Fenêtres de l’Avent comme on le fait habituellement. Avec partage du chocolat chaud, des bonnes pâtisseries, et des papillotes….

Mais Mère Noël et Flocon Givré sont de retour! Elles ont pour mission de vous faire rêver un peu, de vous faire rire, et de partager quelques moments sympathiques pour égayer cette période de l’Avent.

Sans oublier les fenêtres de l’Avent. Tous les jours nos 2 compères vont vous faire découvrir l’un ou l’autre de vos commerces et commerçants de notre belle bourgade d’Ensisheim… et je ne peux que vous dire que les rencontres vont s’avérer pétillantes…

Pour celles et ceux qui ont une connexion sur les réseaux sociaux, nous vous donnons RDV tous les soirs à 18h sur la page « Féeries Virtuelles d’Ensisheim ».

Quelques surprises, petits jeux, et vote pour les fenêtres de l’Avent présentées… mais nous ne pouvons pas vous en dire plus…

Nous vous partagerons sur notre page, les photos et aventures de Mère Noël et Flocon Givré.

A très vite….

1 ère Fenêtre la Mairie
Ouverture de l’atelier secret du Père Noel

Poursuite de l’enseignement en période de confinement

17 novembre 2020

Poursuite de l’enseignement musical en période de confinement COVID 19

Le GEEM (employeur des professeurs de musique) autorise la reprise des cours d’éducation musicale à distance à compter du Lundi 9 novembre 2020.

Ceci est une très bonne nouvelle qui permet de poursuivre les activités de l’école de musique et l’éducation musicale de l’ensemble des élèves petits et grands.

Ne nous laissons pas manger par le COVID !

Maintenant au boulot, avec l’organisation de vos cours à distance, et le partage de nos connaissances autrement.

Les professeurs vont prendre contact avec leurs élèves rapidement si ce n’est pas encore fait afin de mettre en place les modalités pratiques d’enseignement à distance, horaires, application informatique…

Si vous rencontrez une quelconque difficulté, merci de prendre contact avec Sylvère Lemonnier rapidement.

Nous sommes très contents de pouvoir vous accompagner malgré cette situation de confinement partiel qui contraint nos activités.

Prenez soin de vous.
Musicalement,
Sylvère Lemonnier


Se garer en toute sécurité

12 novembre 2020

Information pratique

Lorsque vous désirez vous rendre à la Médiathèque,
plusieurs parkings existent à proximité.

Vous trouverez ci dessous un plan indiquant
les différents parkings du centre ville d’Ensisheim.


Conférence du mardi 13 octobre 2020, par M. Florent MINOT, archéologue : « les fouilles archéologiques récentes au centre ville d’Ensisheim »

12 novembre 2020

Conférence du 13 octobre 2020 :

  » les fouilles archéologiques récentes au centre-ville d’Ensisheim » par M. Florent MINOT  d’Archéologie Alsace

Florent MINOT

C’est dans le respect des règles sanitaires actuelles que le public composé d’environ 70 personnes a pu assister à la conférence de M. Florent Minot, archéologue à Archéologie Alsace.

Pour l’occasion, la  ville d’Ensisheim avait une nouvelle fois mis la salle de la Régence à disposition de la Société d’Histoire.

Dans  son exposé , M. Minot a expliqué le travail de recherches mené ces dernières années sur plusieurs sites à Ensisheim.

Il a rappelé que la ville  était riche de son patrimoine et de son histoire et a cité  quelques dates importantes:

-la première mention du nom d’Ensisheim remonte à 765 (villa)

-en 1213,  il est fait mention pour la 1ère fois d’un lien entre les Habsbourg et Ensisheim

-en 1263 ,  mention d’un fief castral à Ensisheim

-en 1351 , le château y est mentionné explicitement

-en 1360-1380,  le fossé

-en 1420,  des tours

-en 1433,  existence d’une  chancellerie

-en 1537,  existence de l’arsenal

-en 1584, création de l’atelier monétaire

-entre 1631 et 1638, la ville est plusieurs fois assiégée

-au 18éme siècle,  l’enceinte est démantelée

 Le conférencier a  poursuivi son exposé en précisant que les sites étudiés avaient été :

 -le site de l’ancien château (diagnostic de 2016)

-le site de la médiathèque (fouilles de 2018)

-le site de l’ancienne scierie SCHMIDT (fouilles de 2019)

l’ancien château

Le château est aujourd’hui disparu,  et ne subsistent désormais que quelques pans de murs (et le fossé intérieur), visibles dans le parc de l’hôpital.

Les fouilles pratiquées  ont néanmoins permis d’identifier une construction datant du 13ème siècle.  Des murs épais ont été dévoilés ((2,10 m de largeur), ainsi qu’une fondation maçonnée,  et un mur d’escarpe d’une hauteur de 4,80 m. D’autres éléments ont été observés,  comme des latrines, et en sous-sol, une grande partie des fondations ont été conservées.

Le château a été détruit au 17ème siècle, et a ensuite servi de carrières aux habitants d’Ensisheim pour leurs habitations.

Le site de l’ancienne scierie Schmidt

-Les recherches dans la propriété ont livré des traces importantes de l’enceinte médiévale.

Les dépotoirs de céramiques étudiées placent l’origine des fortifications au 13ème siècle, avec des travaux ultérieurs au 14ème siècle.

Ces éléments permettent donc de confirmer la fondation de la ville vers 1272.

Le mur d’enceinte a ensuite été  consolidé, modifié ou  reconstruit à différentes périodes.

Un bâtiment proche des fortifications a également pu être identifié au travers de ses fondations ; les éléments dégagés prouvent qu’il avait pu être luxueux , il est probable qu’il s’agisse du bâtiment de la chancellerie détruit lors de la guerre de Trente ans.

les fouilles sur le site de la médiathèque

Les travaux des archéologues  y ont dévoilé huit siècles d’occupation du centre ville.

Les premières traces remontent au 13ème siècle, sous la forme de vestiges « en creux » (fosses),  et de traces de poteaux en bois;  la présence de scories et battitures suppose l’existence d’un atelier de « type forge » .   Sur le reste de la parcelle, on suppute aussi des jardins et des enclos pour animaux.

A partir du 15ème siècle se sont  développées des habitations avec caves (une colonne en grès  soigneusement ouvragée, servant de soutien aux poutres d’une cave,  a été mise à jour).

Divers équipements comme des latrines et puits ont également été observés, dont l’un des intérêts est de déterminer une  partie de l’alimentation des habitants de l’époque, grâce aux objets (vaisselle) et restes organiques (graines…).

Ces habitats  sont détruits au 17ème siècle, vraisemblablement à cause des événements dus à la Guerre de trente ans.

C’est dans ces vestiges qu’a été découvert un dépôt monétaire exceptionnel.  Il s’agit d’un lot de 179 monnaies (dont 66 thalers), sans doute cachées du fait de la guerre (sous un plancher?), et réunies (à l’origine) dans une bourse en cuir ou tissu. Particulièrement bien conservées, leur poids total (avant tout de l’argent) est de 2,237kg. Ces monnaies sont pour l’essentiel d’origine locale, pour d’autres d’Europe centrale. La plus ancienne date des années 1510-1530; la plus récente a été frappée en 1631.  Au total, ce vrai trésor apparait aujourd’hui comme la plus importante découverte archéologique de thalers.

Un des thalers

 Il est actuellement en cours d’analyse afin de déterminer la composition des métaux, et leur provenance (analyse isotopique).

Par la suite, le quartier est réorganisé du 17ème au 19ème siècle, avec la construction de nouvelles habitations. Mais il s’y est aussi développé une activité artisanale de fonte de cloches, apparemment dans la 2ème moitié du 18ème siècle. Selon les empreintes de quatre moules, on y a réalisé des cloches de respectivement 1,40m, 1,15m, 0,95m et 0,70m de diamètre. On n’en connait pas la destination (église d’Ensisheim ou autre). M. Minot a d’ailleurs détaillé longuement les techniques mises en oeuvre  pour cette  activité particulière.

schéma des moules à cloches

Synthèse

Les études menées au travers des fouilles de ces récentes années ont donc permis, pour la première fois,  de confirmer par l’archéologie la date supposée de la fondation de la ville d’Ensisheim, contemporaine de son château et de ses remparts.

Il en ressort que la ville a connu son apogée politique et économique aux 15ème et 16ème siècles avant de subir les destructions de la Guerre de trente ans. Ensisheim, par la suite, ne parait pas par la suite avoir recouvré le niveau de vie des siècles précédents.

Des questions et un débat ont  suivi l’exposé passionnant de M. Minot .


Retour sur l’assemblée générale 2020 du RCE

12 novembre 2020

Le vendredi 03 octobre 2020 a eu lieu l’assemblée générale du Rugby Club Ensisheim.

Le club est revenu sur la saison 2019/2020 avortée pour cause de crise sanitaire.

Malgré cela, le club se porte bien. Et la saison 2020/2021 a commencée depuis fin aout, avec mesure barrière, mais aussi avec enthousiasme car le rugby a manqué à tous.
A noter, un nouvel éducateur en U14, et deux nouveaux éducateurs en Baby…..
Le président, Raymond Miesch poursuit sur sa lancée avec le soutien de Benjamin Gustave en qualité de vice-président.
A noter, les effectifs en hausse, tant au niveau de l’école de rugby, qu’au niveau de l’équipe de rugby à 5.
Continuons dans cette voie….. un club à taille humaine, familial où il fait bon vivre, où les enfants s’éclatent, les nouveaux venus au R5 itou….
Longue vie au RCE

Chorale : clin d’œil Covid-19

29 septembre 2020

La pratique de la musique est plus forte que la COVID-19 !

Pour répéter en toute sécurité nous disposons chacun de 4m² et nous chantons avec le masque.


Déménagement école de musique

29 septembre 2020

Notre école de musique fait peau neuve en ce mois de Septembre 2020. En effet la municipalité d’Ensisheim nous a intégré dans son projet de Médiathèque « pôle culturel »

Nous bénéficions de magnifiques locaux, bien conçus et étudiés pour nos cours de musique. Ce sont des espaces lumineux et bien insonorisés.

Nous avons donc laissé notre vieille école à la maison des associations pour déménager au coeur de la ville dans ce bâtiment à caractère culturel et interculturel.

Seulement, nous avons rencontré un petit problème, un de nos pianos ne passait nulle part, seule la fenêtre du 1er nous a permise d’installer celui-çi dans la salle de piano. Nous avons eu chaud.


Reprise des cours de judo

29 septembre 2020

Les cours de judo au Judo Club Ensisheim reprendront à partir de mardi 8 septembre, aux horaires habituels. Les inscriptions ouvriront en même temps.

Cependant, certaines règles seront à respecter :

L’ensemble des judokas et accompagnants ne pourront pénétrer dans le duopôle sans porter de masque et ceux jusqu’à être monter sur le tatamis.

Il sera demander de se désinfecter mains et pieds avec du gel hydroalcoolique à chaque montée et descente du tatamis. Le gel sera fourni par le club.

L’ensemble de ces règles est visible en suivant le lien suivant : https://www.judograndest.fr/wp-content/uploads/2020/08/PROTOCOLE-RENTREE-20.pdf

A très très vite sur le tatamis !

Le Judo Club Ensisheim 🥋


Sortie du 25 Mai 2020

4 juin 2020

1 ère sortie du Club, après le confinement !

Ciel bleu peu de vent, nous nous sommes dirigé vers la monté d’Osenbach.

Les sensations ont été vite retrouvées. Merci au groupe présent pour cette sortie.


CENTRE AERE 2020… EN ATTENTE

17 mai 2020

Bonjour à tous.
Quelques parents commencent à nous faire des mails pour demander si le centre pourra ouvrir.
Alors voici les dernières informations :
bonne nouvelle, nous avons réussi à constituer les 2 équipes d’animation pour juillet et août.
Nous ne pourrons cependant pas faire ni vous envoyer en avance de programme comme les autres années. Le programme dépendra avant tout du nombre d’enfants présent, des contraintes qui nous seront imposées et des activités extérieures qui nous seront autorisées… ou pas…
Effectivement à ce jour nous attendons encore l’autorisation d’ouverture des centres aérés. Visiblement les prochaines annonces sont attendues pour début juin.

Nous ne pouvons donc pas encore vous donner non plus de dates d’inscriptions.
Nous vous en informerons dès que possible : via notre page, via les voies de communication de la mairie et par voie d’affichage.
Une information sera envoyée par mail à ceux qui nous contacteront.

Cette année sera une année spéciale à tous les niveaux et nous ferons de notre mieux pour être présents et proposer des activités à vos enfants dans les meilleures conditions.

Nous pouvons cependant déjà confirmer que le nombre de place au centre aéré sera limité à 40 enfants maximum par semaine au vu des conditions et mesures sanitaires à mettre en place si nous devions avoir l’autorisation d’ouvrir.

Merci 🙏 pour vos partages et votre présence.

À très bientôt pour la confirmation d’ouverture … espérons et croisons les doigts..🤞🏻


FCE : Un titre à l’aube du 90ème anniversaire ?

21 mars 2020

A l’aube de ses 90 ans, le club et ses responsables rêvent d’un titre ou au moins d’une montée.

Tout baigne au F.C.E., serait-on tenté de dire, au vu du déroulement de la dernière assemblée générale du club, une assemblée générale qui, a relevé le président Gilles Fischer, « marque l’entrée du club dans son 90e anniversaire ». Alors pourquoi ne pas s’offrir comme cadeau un titre ou au moins une montée à l’échelon supérieur en fin d’année ?

Gilles Fischer a aussi relevé que, depuis six ans, le F.C.E. s’est attelé à sa pérennisation, dans un contexte de modification profonde du paysage footballistique. Cette pérennisation s’est faite en trois temps : la pose des fondements sous la houlette de Fabrice Hanser ; le développement, en cours, qui permet d’accueillir tous les niveaux, des pitchounes aux vétérans ; et un travail de structuration qui a permis de franchir le cap de 200 licenciés, avec un budget multiplié par deux au cours des deux dernières années.

Autres volets : la féminisation et la professionnalisation. La féminisation a été amorcée et reste le principal axe de développement sur les prochaines années. La professionnalisation, avec deux contrats de service civique et deux d’apprentissage, a encore estimé le président, a été un levier essentiel du développement du club. Le FC Ensisheim a été le plus petit club de la région Grand Est à se lancer dans une procédure qui permettra d’aller encore plus loin, avec l’emploi d’un coordinateur sportif en CDI, grâce au soutien de la Ville.

Les résultats suivent, en particulier chez les jeunes

Conclusion : le FC Ensisheim va bien grâce aux partenaires, aux joueurs, aux parents et à une équipe de bénévoles exceptionnelle, qui ont consacré plus de 7 000 heures de bénévolat au club.

Du coup, les résultats suivent, notamment chez les jeunes, avec les U13 et les U15 qui montent en promotion. Les séniors n’ont pas atteint l’objectif fixé. Ce sera peut-être le cas cette année.

Le club a organisé des stages pour les jeunes tout au long de l’année, pour faire progresser le recrutement. Les manifestations hors championnat ont été couronnées de succès : futsall, tournoi du 1er mai et nouvelle participation aux Sablofolies, de même que la collecte de jouets pour Noël et l’organisation du match France-Brésil pour le Rotary.

Par ailleurs, le club a obtenu le label « Espoir » de la Fédération française de football pour le travail en direction de féminines.

Tout cela a pu être réalisé grâce à des finances saines et un bilan positif présenté par la trésorière, Geneviève Gricourt-Weber. Cela permettra aussi de poursuivre la structuration du club, de définir son projet, de fidéliser joueurs, dirigeants, éducateurs et bénévoles, de fêter dignement le 90e anniversaire et de développer le numérique pour faciliter la communication.

Au nom de la Fédération des associations d’Ensisheim, Manuel Meyer a félicité le club pour sa bonne gestion et l’a invité à profiter de la plate-forme Internet de la F.A.E., tandis que Christophe Sturm, adjoint, a félicité le groupe pour la tenue des infrastructures et l’a assuré que la Ville sera à ses côtés pour le 90e anniversaire.


Le F.C. Ensisheim dans le top 100 des clubs en terme de licenciés dans le Haut-Rhin !

21 mars 2020

Le site Actufoot a recensé cette saison le nombre de licenciés, club par club, afin d’établir un top 100 dans le Haut-Rhin.

Le F.C. Ensisheim se classe à la 40ème place !

Franchissant un bond de la 53ème à la 40ème place en une saison, le club a le plaisir de compter cette saison 225 licenciés.

Un grand merci aux éducateurs, bénévoles, parents et joueurs sans qui cette progression aurait été impossible !

Le classement général dans le lien ci-dessous:

http://www.actufoot.com/68/retrouvez-top-100-licencies-haut-rhin/


INFORMATIONS

21 mars 2020

Suite à l’évolution du COVID-19 , l’ensemble des cours de Judo de notre club seront annulés jusqu’à réouverture des écoles.

Merci de votre compréhension.

Le Judo Club Ensisheim


ANNULATION EVENEMENTS

8 mars 2020

Bonjour à tous,
Compte tenu de l’évolution concernant le covid-19 (coronavirus) sur notre département et les risques potentiels que nous pouvons rencontrer par rapports aux dernières informations que nous avons, le judo club d’Ensisheim à décider de prendre certaines mesures:

  • Annulation de l’Assemblée générale du judo-club d’Ensisheim du 6/03/2020 à 20h15. Une nouvelle date sera proposée courant avril.
  • Annulation de la soirée familiale du 21/03/2020 (en concertation avec l’accordéon club, avec qui nous devions partager la salle sur le week end). Il n’y aura pas de nouvelle date pour cette soirée

Bien à vous,

Boris WENDLING Président du judo club d’Ensisheim


PAELLA ROYALE 15 MARS

8 mars 2020

Dimanche 15 MARS 2020
A Ensisheim A partir de 12h

23€ par personne (Enfant 6 à12 ans 10€) sur réservation, avant le 09 Mars

Déjeuner dansant,

Sangria,

Paella Royale à volonté

Café, dessert

animé par CHRIS MDX

MIDI MIX MUSIC

Renseignements / Inscriptions  :

gym-elisatia.com – 06.82.58.82.02



DERNIERS ÉVÉNEMENTS À ENSISHEIM EN IMAGES


Metéo sur ensisheim

Bonne fête aux :

La fête du jour sur votre site avec fetedujour.fr